Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 14:03

La rentrée des artistes, la suite...

 

Emmanuel Régent a eu un bel été, exposé partout dans sa région, du MAMAC de Nice à la Ville Arson en passant par l'Eco Parc. Il entre dans l'automne avec une actualité tout ausi chargée, puisqu'il fait son expo perso à L'Espace à vendre, sa galerie niçoise. Avec "le réflexe du parachute", il avance dans sa recherche sur la figure et la couleur avec ses "nébuleuses", évoquant d'étranges images de scanner mais réalisées sans usage numérique, halos de lumières colorées qui se découvrent à coup de ponceuse, entre deux de peinture et de sculpture.

 

Il montrera aussi son travail dans le cadre des Docks Art Fair 2011, en marge de la Biennale de Lyon, foire dans laquelle l'Esace à vendre mise sur un solo show de l'artiste.

c'est aussi à Docks Art Fair que l'on pourra voir, avec la galerie Olivier Robert, un solo show de Lionel Scoccimaro.

 

"Le réflexe du parachute" - Emmanuel Régent- Jusqu'au 22 octobre -  Espace à vendre- 2 rue Vernier - 06000 Nice

Docks Art Fair- Du 13 au 18 septembre - 49 Quai Rambaud, près de La Sucrière - 69002 Lyon

 

Vous vous souvenez du Barbie Foot? Cette pièce de l'artiste et designer Chloé Ruchon, qui avait fait les beaux jours de "Figure Libre", l'année dernière à Guyancourt, poursuit sa carrière. Elle est présentée cet automne dans le cadre de l'exposition "Des jouets et des hommes", au Grand Palais.

 

 toutes_au_barbie_foot-600x401.jpg

 

"Des jouets et des hommes" - Grand Palais, Galeries Nationales- Du 14 septembre 2011 au 23 janvier 2012-

 

Martine Mougin, photographe plasticienne, participe au Festival Photographique de Rodez, Photofolies, partagent l'affiche avec Rik Hopkins ou encore Gaël Bonnefon.

C'est à l'ancienne CCI de Rodez que l'on pourra voir ou revoir les "architectures portuaires" de Martine Mougin, sur lesquelles j'avais écrit un texte voici trois ans, qu'on pourra retrouver dans ces pages...

 

Martine-Mougin-Architectures-portuaires--22Grues-22-10-H-X-.jpg

 

Photofolies - A Rodez, dans plusieurs lieux de la ville, et pour l'ancienne  CCI : 10 Place de la Cité

Du 1er au 23 octobre - www.photofolies12.com

 

Sandra Krasker, dont j'expose actuellement une oeuvre dans "Sutures", inaugure le nouvel espace de la galerie MondapArt, à Boulogne-Billancourt, dirigée par Isabelle Lefort. Vernissage le 15 septembre, avec sept autres artistes dont Juliette Clovis, et Pauline Orhel.

 

Galerie MondapArt- 80 rue du Chateau - 92100 Boulogne-Billancourt

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 10:01

C'est la rentrée et beaucoup des artistes dont je suis le travail ont, et j'en suis bien heureuse, une belle actualité!

 

Commençons par ZEVS, qui, après New-York, expose à Tokyo, avec un titre équivoque, entre l'homme de Vitruve et le Phénix, dans le contexte japonais actuel: "Renaissance"

 

Jusqu'au 23 septembre, à la Galerie Art Statements, Tokyo, dans le quartier de Shibuya...

 

zevs solo show

 

 

 

Mounir fatmi, est, quant à lui, toujours très sollicité. Il fait un solo show à Dusseldorf...

 

mfactu

 

et semble lui aussi intéressé par la revisitation des représentations dans l'histoire de l'art.

Son travail, dont une remarquable vidéo sur Mohamed Ali, est aussi montré dans "Islam and the City", à l'Institut des Cultures d'Islam, à Paris.

Au travers de cette exposition, l'ICI revient sur le 09.11, et questionne la situation des musulmans new-yorkais dix ans après.

 

Y expose aussi, dans une belle et émouvante installation (dont la rare dimension olfactive renforce le caractère poignant), l'artiste Majida Khattari, avec qui j'ai pu collaborer récemment. "La prière de l'absent" appelle à la fois à la méditation et à la tolérance inter-religieuse...

 

"Islam and the City"- Jusqu'au 17 septembre - Institut des Cultures d'Islam- 19/23 rue Léon - Paris 18ème

 

Tout simplement appelée "nature", la nouvelle exposition de Marie Denis poursuit son exploration tendre et vivace de la "nature-culture", dans une promenade parmi ses "archipels d'oeuvres" composites. J'aime!, comme on dit sur Facebook...

 

mariedenisLEON-1-.JPG

 

"nature" - Marie Denis - du 11 septembre au 13 novembre 2011 - le point commun / association C.va.D - 12, avenue Auguste Renoir - 74960 Cran-Gevrier - mercredi, samedi et dimanche 14h-18h  www.lepointcommun.eu

Partager cet article
Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 21:40

L'été est officiel! Et pour ceux pour qui la plage (ou le bureau) ne suffit pas, il y aura de quoi se mettre sous les yeux jusqu'en septembre et au-delà!

 

A Montreuil -oui, oui, à Montreuil!!-, (ré)ouverture d'un bel espace conacré à l'art contemporain. La dynamique Nancy Olivier montre de manière régulière, le temps d'un week-end, des artistes de Montreuil et d'ailleurs. Une belle initiative à saluer, et dont je reparlerai sans aucun doute dans les mois qui viennent.

Les 25 et 26 juin, exposition collective, sorte de rappel d'artistes qui exposèrent dans le précédent espace: Emilie Di Nunzio Joli, Jean Fabien ( Corner ), Francesco Gattoni, Mario Guerra,Frédéric Oudry, Pierre Leblanc et Kaizer Modo

 

Espace 111- 111, rue de Stalingrad 93100 Montreuil

 

Rendez-vous en septembre...

 

Emmanuel Régent sera présent dans de nombreuses expositions importantes sur la Côte d'Azur, notamment dans le cadre de la grande manifestation "L’Art contemporain et la Côte d’Azur - Un territoire pour l’expérimentation, 1951-2011" . Il s'agit d'un parcours dans une cinquantaine de lieux culturels (musées, centres d’art, écoles d’art, fondations, galeries, associations culturelles et artistiques), présentant des oeuvres de plus de 300 artistes.

 

Une oeuvre objet-sculpturale d'Emmanuel sera visible dans "La sculpture autrement", à l'Eco'Parc de Mougins

 

Eco’Parc - Quartier des Bréguières - 772 ch. de Font de Currault 06250 Mougins - www.mougins.fr-

Du 19 juin au 2 octobre 2011

 

  regentarson-copie-1.jpg

Une variation de son travail graphique en noir et blanc dans le cadre d'un des trois projets de la Villa Arson :  "Le temps du Territoire", commissarié par Eric Mangion, hélas mis en difficulté depuis...

 

Villa Arson Nice - 20 av. Stephen Liegeard 06105 Nice Cedex 2 - www.villa-arson.org -

Du 24 juin au 30 octobre 2011

 

 00-Emmanuel-Regent-Nebuleuse-2010-poncage2.jpg

Travail novateur, et en couleur, dans le cadre de "La couleur en avant", au MAMAC de Nice

 

"La couleur en avant" - Musée d’Art moderne et d’Art contemporain- Promenade des Arts 06364 Nice cedex 4- www.mamac-nice.org -

Du 25 juin au 27 novembre 2011

 

Et enfin, toujours au MAMAC, "20 dessins d'architecture" occupe le passage du 3ème etage.

 

Voir l'ensemble des manifestations: www.artcontemporaincotedazur.com

 

 

Dans le cadre des "Ballades en Yvelines", l'Ile de Chatou, qui fit les beaux jours des impressionnistes, accueille un parcours in situ, une "promenade artistique", à laquelle participe Marie Denis.

A voir également, les Musées Gadagne, à Lyon, offrent à Marie une carte blanche, en collaboration avec l'ENBA. Marie Denis y présente "AZUL"-Salut en Amazighe (berbère),  magnifique sculpture sous verres, composée de 2 grands ensemble de 8 sous-verres, 256 plumes de paons rondes et 256 plumes sabres assemblées.

 

denislyon.jpg 

"Banc public, banc public" - Ile des impressionnistes 78400 Chatou  - www.cneai.com -

Jusqu'au 18 septembre 

"AZUL" - Musées Gadagne - 1 place du Petit Collège 69005 Lyon

Jusqu'au 18 septembre

 

 

La Galerie Talmart présente, pour la première fois à Paris, le travail photographique de Eunjong Lee, artiste coréenne.

 

eujong-lee

"Eunjong Lee, artiste coréenne née en 1970 présentera la série de photographies intitulée MUSEUM PROJECT du 28 juin au 16 juillet 2011. Cette série présente un ensemble de photographies de musées contemporains en cours d’installation.

Il s’agit d’une vraie réflexion sur le rôle du musée aujourd’hui, héritier de la tradition du musée d’art moderne considéré comme dépositaire de collections. Le musée contemporain, lui, à l’heure des échanges mondiaux et des œuvres nomades, est davantage un lieu d’expositions provisoires, un espace où les chefs d’œuvre transitent. C’est ce transit des œuvres d’art et la préparation de la scène que photographie l’artiste coréenne. Elle se sent d’autant plus légitime à le faire que son pays est entré à l’époque contemporaine dans l’histoire des musées comme lieux d’expositions.

MUSEUM PROJECT est la présentation de ce qu’est le musée aujourd’hui, quand il n’est pas pris d’assaut par les visiteurs nombreux. Le musée avant et après la grande exposition qui fera date, c’est ce qui est montré, comme une œuvre elle-même fermée au public. " (source: galerie Talmart)

 

"Museum Project"- Eunjong Lee- Galerie Talmart- 22 rue du Cloitre Saint-Merri- Paris 4ème- www.talmart.com

Du 28 juin au 16 juillet 2011

 

 

 

L'actualité de mounir fatmi est, cet été aussi, toujours chargée:

entre autres:

"The Pavement and the Beach" - à Paradise Row, Londres- jusqu'au 26 aout

"The Great Babylon Circus" - Au MU de Eindhoven - jusqu'au 2 octobre

Mention particulière pour l'existence et la programmation du Museum on the Seam, à Jérusalem, ici avec l'exposition "West End?" - jusqu'en janvier 2012

et toujours à la Biennale de Venise dans le cadre de l'exposition " The Future of a Promise", aux Maggazini des Sale

 

 Les céramiques de Laurent Esquerré prennent naturellement place dans le cadre de la 16ème Biennale Internationale de Céramique Contemporaine de Chateauroux, "Construire-Elever le matière"

 

Couvent des Cordeliers- 4 rue Alain-Fournier 36000 Chateauroux -

Du 25 juin au 18 septembre 2011

 

 

Dans le cadre des "Off" des désormais incontournables Rencontres Photographiques d'Arles, de nombreux lieux proposent moultes expositions photographiques. Parmi elles, on pourra noter la présentation d'une série récente signée Virginie Plauchut, jeune photographe que j'ai récemment rencontré.

 

"Virginie Plauchut s’est toujours intéressée à toutes les formes d’expression artistique, auxquelles elle s’est d’ailleurs essayée d’abord, depuis le théâtre, la danse ou la musique jusqu’à la peinture et la sculpture. Mais aucune de ces expérimentations artistiques ne lui permirent, du moins en a-t-elle le sentiment, d’arriver au bout de ce qu’elle souhaitait exprimer, autant limitée par son savoir-faire que par le médium lui-même.

Elle trouve alors en la photographie l’exacte coïncidence avec la vivacité de son regard, dans son inclination naturelle à l’observation la plus aigue et son insatiable curiosité pour les images du monde.

Depuis trois ans, Virginie Plauchut se consacre donc exclusivement à cet art, exposant régulièrement le résultat de ses recherches, convaincue d’avoir trouvé le média idéal. De série en série, elle travaille à la construction de son univers, sans tutelle. Librement.

 

De manière tout à fait originale, son travail porte aux mots un intérêt particulier. En premier lieu, chaque série photographique est accompagnée d’un court texte, une mise en condition littéraire et poétique qui donne le ton de la série. En outre, ces séries lui sont souvent inspirées d’une citation, d’un texte lu, de Rimbaud à  Feuerbach.

Ainsi, les séries sont construites autour d’un couple texte-photo, qui se complètent et se mettent mutuellement en lumière. Souvent, le texte s’inscrit a posteriori, comme une seconde lecture, un ajout poétique, une didascalie, sous le terme cinématographique de « synopsis ». Chaque série porte en effet une dimension narrative, l’artiste raconte et se raconte des histoires, et donne à la série photographique une dimension cinématographique, comme une séquence filmique.

Du texte initial, celui, lu et aimé, qui a inspiré l’idée de l’oeuvre, à la photographie, puis au retour au texte en exergue, se joue une dialectique permanente du mot à l’image.

 

On pourrait alors se demander, au regard de cette dimension cinématographique et de ce champ contrechamp texte-photo (le texte pourrait alors se jouer en bande sonore), pourquoi l’artiste n’a pas choisi de travailler le film ou la vidéo. Mais pour Virginie Plauchut, la fugitivité de l’image en mouvement n’est pas compatible avec la forme de temporalité qu’elle veut mettre en œuvre dans ses photographies.

Selon elle, la photographie scelle le temps dans l’image, ouvrant alors un espace propice à la contemplation, un espace intérieur. Et il y a en effet quelque chose de l’ordre de la conscience intime du temps, d’un temps ralenti, entre parenthèses, subjectivé, un temps de la pause, de la pose, de la réflexion, un temps du rêve et de l’observation, un temps de l’abandon aussi, dans l’atmosphère baignant ces clichés qui semblent vouloir s’opposer à la frénésie du monde contemporain. Une sorte de lente mais certaine résistance contre le temps pressé.

 

C’est dans ce contexte que le travail de Virginie Plauchut s’axe autour des notions d’intimité, d’introspection, de solitude voire de huis clos.

La quête de sens de Virginie Plauchut au travers de ses clichés relève sans conteste de l’exploration de l’énigme que constitue pour elle l’humain et sa vie intime. Et la nature, souvent présente, dans son mystère, de la terre au ciel, s’esquisse comme un topos apaisant et  apaisé, un miroir paisible, guide et indice d’une introspection possible.

Dans la série « Virtual reality », elle capte des images télévisuelles, non pour elles mêmes, mais pour réfléchir sur la manière dont chacun, dans sa conscience intime, reçoit les images de l’extérieur, interrogeant ainsi la manière dont le monde hors de soi fait intrusion dans la vie intime de l’esprit, et comment l’image se transforme en souvenir. Que reste-t-il des images vues, au fond de la conscience, passées au filtre du souvenir, dans les stratifications de la mémoire ? Bergson parle de « mémoire sélective »*, et de fait, le « souvenir-image »* donne à voir des images ici comme autant de réalités filtrées.

Les séries jouent d’une dramaturgie particulière, qu’il s’agisse, comme ici, d’images construites en diptyques, renvoyant l’une à l’autre deux réalités, ou de l’usage récurrent du noir et blanc, renforçant la dimension poétique, presque onirique du propos.

La série des « Passages », qui joue en revanche sur une composition graphique colorée, continue de s’inscrire dans les mêmes préoccupations liées à la notion de mystère, celui d’un au-delà, mais aussi et surtout celui, insondable, que Virginie Plauchut persiste à remettre sans cesse en question, de l’altérité. Angle de vue inattendu, la série « Espace public » confronte encore l’intime au monde, cette fois au travers de « photos volées » d’hommes et de femmes surpris dans leur « intimité publique », oxymore signifiant ces moments où la conscience oublie la présence du corps dans l’espace public et se laisse aller aux mouvements les plus  spontanés...pour autant, le regard de l’autre posé sur l’autre ne pénètre rien de si privé.

C’est encore cette insaisissable altérité que questionne Virginie Plauchut dans « The secret game », images d’un couple dont les caresses n’atteignent sans doute que la chair, comme l’aurait dit Sartre - le corps de l’autre n’est pas l’autre, pas tout à fait, pas entièrement- et ce glissement des chairs l’une contre l’autre se heurte à l’impossibilité d’atteindre le cœur, le pour-soi de l’être.

Dans une élégance aux confins de la nostalgie et du rêve, les photographies de Virginie Plauchut, toutes et chacune à sa manière, explore ces territoires infinis de la confrontation douce ou amère, et existentielle, du sujet avec le monde.

 

* Henri Bergson – Matière et mémoire (1939)

 

"

 

A Arles, Virginie Plauchut présente une série de 10 images, "Un printemps sans hirondelles"-

A voir au Coffee Socks, 17 rue Jouvène à Arles- Du 6 juillet au 13 aout 2011

 

Et pour finir...

 

  
Je n'ai pas pu résister...
Ceci expliquant cela:
Laurent Perbos participe à l'exposition "C'est l'amour à la plage"
Musée d'Art Contemporain Languedoc-Roussillon - 146 avenue de la Plage BP4 – 34410 SÉRIGNAN

 

Du 25 juin au 23 octobre 2011

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 23:53

Compte à rebours pour l'ouverture de la 54ème Biennale de Venise, où moults artistes, pavillons officiels, expositions off et autres expositions collatérales (joli mot?), sans compter les deux expositions de chez Pinault, vont faire de l'antique Sérenissime un des lieux les plus excitants qui soient jusqu'à l'automne...

 

fatmi-54-Venice-biennial.jpg

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 10:32

invit-jarrie.jpg

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:57

Pour la 14 ème édition de "Sculptures en l'Ile", la Ville d'Andrésy, dans les Yvelines, a invité Claude Lévêque a investir la Maison du Moussel où il intervient sous le titre énigmatique de "Perles noires".

 

jouannais-andresy.jpg   un-d-termin--1-.jpgParallèlement, le commissaire Philippe Cyroulnik a invité 10 artistes, dont Juliette Jouannais et Pierre-Yves Freund, sous le titre (malvenu) de "Jeune sculpture contemporaine", à explorer in situ les lieux, entre le Parc du Moussel, le parc de l'Hôtel de Ville, le hall de l'Espace Julien Green et la charmante Ile Nancy, accessible par le bac.

 

Dans l'Ile Nancy, on trouvera aussi de nombreux autres travaux d'artistes, mai aussi d'écoles, allant de l'Ecole Maternelle à l'Ecole d'Art (de Rueil-Malmaison)!

 

Photo 1: oeuvre de Juliette Jouannais - photo 2: oeuvre de Pierre-Yves Freund 

 

Sculptures en l'Ile- Ballade en Yvelines - Andrésy - Du 20 mai au 25 septembre 2011

Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 21:46

 

Dans le cadre d'une série de rencontres inter-artistes, la Galerie Olivier Robert tente la confrontation de Lionel Soccimaro, que nous avions eu le plaisir d'inviter dans "Figure libre", avec Gérard Traquandi.

Rencontre des formes et des matières et, peut-être, communauté d'univers, "Gérard Traquandi vs Lionel Scoccimaro" promet une belle découverte.

 

jarre-traquandi-1-.jpg   Scoccimaro-SmallJar-1[1]

 

Gérard Traquandi
Sans titre - 2008 (tra0615)
Pièce unique
Approx. : H 89 x D 71 cm
Céramique
Courtesy Galerie Laurent Godin

Lionel Scoccimaro
Small Jar, 2009
Résine, hêtre, aluminium, peinture de carrosserie et vernis
135 x 85 x 85 cm
Edition de 5 + 3 EA
Courtesy Galerie Olivier Robert

 

Galerie Olivier Robert- Du 20 mai au 4 juin 2011 - 5 rue des Haudriettes- Paris 3ème

 

On peut retrouver des oeuvres de Lionel Scoccimaro dans

 

"Rayon bleu" - Fondation Vacances Bleues à Marseille, jusqu'au 14 juin ( avec aussi,entre autres, Gilles Barbier, Sophie Calle, Zang Huan, Claude Lévêque, Orlan, Philippe Ramette, Massimo Vitali...) ;

 

dans l'exposition itinérante "Jeux contre je" -Sextant&plus - FRAC PACA, MArseille, Bruxelles, Milan- jusqu'au 28 mai 2011 ( avec aussi, entre autres:  Yto Barrada, Marie- Ange Guilleminot, Franck et Olivier Turpin...) ,

 

et enfin dans une autre exposition itinérante "Skateboarding is not a crime", avec Spacejunk, centre d'Art Contemporain, à Lyon, du 12 mai au 12 aout (avec aussi, entre autres:John Baldessari, Larry Clark,George Condo,  Olafur Eliasson, Damien Hirst, Takashi Murakami, Raphael Zarka..et..Bruno Peinado, et ZEVS, dont je parle souvent dans ces pages...)

 

 

La Galerie Bertrand Grimont, grâce à qui nous avions pu montrer Cyril Hatt dans "Figure libre", s'est associée à Samy da Silva pour commissarier son exposition collective annuelle.

"Body/ No Body" montrera ainsi, dans un propos, comme son nom l'indique, autour des territoires et des corps:

Patrick Bernatchez, Combes&Renaud, Jennifer Douzenel, Anne-Sophie Emard, Tarik Essalhi, Toni & Diego Garbin, Sophie Jodoin, Lydie Jean-Dit-Pannel, Benjamin Renoux, Julien Salaud, Jean-Luc Verna et Anders Weberg

 

"Body / No Body" - Galerie Bertrand Grimont - Du 14 mai au 30 juillet - 47 rue de Montmorency - Paris 3ème

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 11:48

En 2010, nous avions présenté, avec succès, le célèbre " plus long ballon du monde" dans le cadre de l'exposition "Figure libre".

Aujourd'hui, première exposition de Laurent Perbos chez Valérie Lambert, galerie bruxelloise. Est présentée une nouvelle série de sculptures, dérivation de ready-made mêlant accessoires issus de l’univers du cyclisme et références aux peintures de Piet Mondrian.

 

Composition-avec-jaune--perbos.jpg

Composition avec jaune- Laurent Perbos

 

"Composition" - Laurent Perbos-  Du 20 mai au 20 juin 2011 - Galerie Valérie Lambert -  15 rue de Tamines- 1060 Bruxelles (B)

www.valerie-lambert.com

Partager cet article
Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 22:12

Wela, artiste d'origine polonaise, vient de finir l'installation d'une oeuvre pérenne, commandée par le Centre pour les Sciences Copernic de Varsovie.

"Les Chuchoteurs", ce sont 16 sculptures métalliques en forme de colonnes courbes, posées au milieu du Parc de la Découverte. Chaque colonne est équipée de capteurs et d’enceintes, détectant l'approche du visiteur et déclenchant alors la diffusion de sons naturels comme le chuchotement d’un ruisseau, la pluie ou le bruit du vent...par leurs déplacements, les visiteurs pourront agir sur la spatialisation du son, sur le son diffusé et sur les effets sonores.

Installation interactive, sonore et visuelle, comme une orgue contemporaine, "Les chuchoteurs" fait pénétrer le visiteur dans d'autres dimensions sensitives, spatiale et temporelles, sorte de parenthèse réenchantant poétiquement le monde.

Selon, l'artiste, l'oeuvre exprime aussi ce paradoxe du désir de l'homme contemporain de revenir vers la nature, mais par des moyens "artificiels", ou réinitialisant une nature reconstruite.

 

wela.jpg

Partager cet article
Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 21:38

Joli nom pour une rencontre, le Pays ou le Ciel est Toujours Bleu, ou POCTB, est une structure orléanaise, label de création et de médiation de l'art contemporain  sur le territoire. Dans cette perspective, le POCTB a crée "La Borne", module de création itinérant proposant, 365 jours par an, un peu de création contemporaine partout où il se pose.

Du 3 au 24 mai, La Borne s'installe à la Ferté Saint-Aubin pour y présenter "Facinisl Odiam", proposition de Emmanuel Régent.

 

regent2-1a006.jpg

 

"Le texte Facinisl Odiam a été conçu avec un logiciel de substitution utilisé par les graphistes pour remplir les parties écrites dans les maquettes d’édition avant les rendus définitifs des auteurs. Il s’agit donc de phrases qui n’ont pas de sens autre que « d’occuper physiquement l’espace » comme une sculpture de transition présentée dans un lieu inaccessible.

Facinisl Odiam est collé sur l’ensemble des murs de La borne. Le lettrage adhésif est presque effacé par grattage comme lors d’une exposition en cours de démontage. Traces obsolètes, ces informations ne sont plus lisibles même si, à l’origine, ces phrases n’ont pas pour vocation d’être lus" (source: site POCTB/Emmanuel Régent)

 

 

regent3-fea24.jpg

 

voir le site de POCTP - www.poctb.fr

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Liens