Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 09:38

visuel6

 

 

"A nous, romanesques amis" est un projet  transversal, mêlant le rock à la poésie et à la vidéo.

Sur des textes allant de Rimbaud à Houellebecq, en passant par Jean Tardieu ou Octavio Paz, ce spectacle entrelace poésie contemporaine chantée, musique actuelle et vidéo. Il prend comme point de départ les mises en musique de poèmes par Franck Pétrel. Les artistes vidéastes ont été invités à créer une vidéo à partir de ces poèmes contemporains revisités par un univers pop rock romantique.   Au fil des échanges, les mots des poètes, les riffs et les visions plasticiennes contemporaines se sont apprivoisés réciproquement...


Avec Franck Pétrel (chant, guitare), Claire Deligny (basse), Brenda Ohana, (batterie), invité: Ricardo Izquierdo (saxophone), et les vidéos de Cécile Benoiton, Isabelle Lévénez, Gabriela Morawetz et Cyril Viart

 

 

Le vendredi 11 octobre - à 20 heures 30

sur la Péniche Antipode

face au 55 quai de la Seine, 75019 Paris
métro Riquet (sortie rue de Flandre) ou Jaurès

 

Tarif : 13€  -  Réservations :  06 64 67 17 28  /  01 42 17 00 64 -
Une coproduction Les Nouvelles coïncidences et Cultura Mondiale

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 00:19

Parmi les oeuvres qui seront présentées dans le cadre de l'exposition "Au delà de mes rêves", notamment au Monastère royal de Brou, certaines seront spécialement réalisées pour le lieu. C'est le cas du projet "L'ange de feu", oeuvre de l'artiste japonaise Shigeko Hirakawa, et qui sera installée dans la nef de l'église du monastère.

 

Une oeuvre monumentale, qui demande un très important travail de préparation, qui a déjà commencé! comme en attestent les quelques photographies prises durant les jours que Shigeko a consacré à la construction de cette oeuvre entre nature et sacré.

 

A découvrir à partir du 26 octobre!

 

1173745_354530754680174_1567207467_n.jpg

 

1234570_354530761346840_1022137837_n.jpg

 

 

1231361_354530748013508_1669993758_n.jpg

 

 1187142_353706081429308_1172424902_n.jpg

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 23:13

Les teasers se suivent...sans forcément se ressembler!

Aujourd'hui, un reportage de France 3 Rhônes-Alpes sur l'élaboration du Lit végétal de Monica Mariniello, avec la collaboration d'élèves de BTS, dans le cadre d'"Au delà de mes rêves", au Monastère royal de Brou.

 

A voir en allant sur ma page Facebook:

 

https://www.facebook.com/#!/marie.deparis.988

 

ou sur le site de fr3 replay! - 19/20 région Rhones-Alpes du 20/09/13, à partir de la minute 14'30

 

lit-vegetal-FR3-033-pf.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 00:32
L'évènement "l'empire des sens", auquel je participe en tant que commissaire du parcours-exposition est magnifiquement bien organisé et communiqué par l'équipe de "direction" de l'Association des Arches.
Voici ici un très réjouissant "teaser", sur une idée originale de Karole Reyes, président de l'association
 
 
Après cela, inutile de dire qu'on attend tout le monde, petits et grands, pour cette fête ouverte à tous, à la rencontre des artistes, et avec des étoiles plein les yeux, svp!
 
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 23:12

The McLoughlin Gallery and Mondapart Galerie are pleased to present Unique Dialogue, a

group exhibition of three French artists in San Francisco: Charles Giulioli. Pauline Ohrel and

Sophie Sigorel and four American artists in Paris: Daniel Healy, Christopher H Martin, David

Middlebrook, and Cristobal Valecillos

 

SSigorel--Le-pas-suspendu-.jpg

 photo: Sophie Sigorel - "Le pas suspendu", huile sur toile, 114 x 162, 2013

 

"A city by day and by night. Passers-by. A blurred crowd. The gesture seems lively, and the depicted world seems moving. However, we rapidly feel that Sophie Sigorel’s paintings are more than “urban” paintings, but a kind of work that talks about the contemporary world through the setting of the frenzy of the city.

 

Straightaway we should be tempted to classify Sophie Sigorel’s work in the area of atmosphere painting, like Edward Hopper for example, whose universe can be related to hers in spite of evident differences: Hopper’s painting is “static” whereas Sigorel’s is in perpetual search for movement, especially when she composes and centers her image in a theatrical and cinematic way.

 

Some effects, sequence-shots, and fades to black accentuate this feeling of an “atmosphere” inspired by cinematic language.

 

Yet, transcending genre painting, Sophie Sigorel tries to “dematerialize” the urban architectural elements and simplify them to their generic forms. Blurred effects put off any resemblance to photographic realism, as the stake is to point out the contrasts of the chromatic and geometric rhythms, which link what is “built” and what is “human”. Finally, it doesn’t matter if the painted scene takes place in Beijing, Paris, or New York. This scene is not viewed through a tourist’s eye and has no ethnologic sense. Wherever we are, the main force is this omnipresent flow, more or less dense. There is this same human persistence everywhere, the same multitude of worlds that skim past and cross each other like a crowd of monads. In this face-to-face between the “built” and “the living”, the artist chooses, like in a movie, to focus on the human being. The “living” wins, the bodies come to life.

 

 

For what Sophie Sigorel is deeply interested in is the human being caught in this dizziness. Here again, there is no need to imagine fanciful scenes: the most ordinary situations are enough to grasp that the main purpose is not dramaturgy: a street at night, an airport hall, a bus, a square, a subway car at rush hour. The living human figure, moving within the world she has created is at the core of her work, an experience of the world in which we are immersed and that we are then submitted to in nearly full size images.

 

 

Sophie Sigorel’s work deals more with the question of the place of the human being despite the city than with the place of the human being in the city. Mankind, in its multitude and its individuality, in its vital power and presence overcomes everything, every place, city, or landscape, though the scenes take place in a town. Even though her subjects are just passers-by, like fleeting traces, they are never ghost-like. Even when anonymous, they are never reduced to a specter even when the figure remains a luminous aura, a colored line, a red dress, the blue of a shirt, a fleeting shape riding a bike…In Sigorel’s paintings, all the “invisibles” and “anonymities” caught in their movement are never disembodied, making possible the perception of a depth, a presence, a soul in their fleetingness and their fragility.

 

 

Sigorel’s exploration of the body, more precisely of the figure, explores the body not as matter but as a presence.

 

There is, for example, Sigorel’s series  “In Corpore”, meaning without urban background. Here, everything is concentrated on the body and its presence, its organic red aura. These portrayals, like x-rays, seem to be attempting to evoke mystery.

 

Sophie Sigorel’s paintings are never absolutely abstract and never really figurative. It is perhaps this in-between that Jean-François Lyotard calls “figural”*. This work of representation is never unilaterally figurative. As Deleuze says about Bacon**, it has “no model to represent”, it escapes from a mimetic logic, going “outside the remits” and beyond the classical contradiction between the figurative and the non-figurative. This freedom of figuration takes its roots from the will of representing something close to a vitalistic sensation, the intensity of a presence, the movement personifying the life. Deleuze also says: “Any matter can become expressive” since it’s not a body –an organic matter- that is caught, but a vital flow, the dynamics of strength at play in the future of the living.

 

As her paintings perceive the body like incarnate time, it can be qualified as “existential”. Paul Auster writes, “We don’t build the world. We are surrounded with things and our bodies are soaked in this reality…The world is in my head, my body is in the world.”***

 

 

Once again, when we look at Sigorel’s paintings, what rises is the duality of presence and solitude, this ontological “ultra-modern” solitude that we all experience, especially in the middle of the crowd, and this impassable alterity. The experience is also existential when, beyond the banality of the scene overcome by an intentional vague, we feel a sensation of evanescence, the chromatic warmth of a world with its tensions, both alive and at the edge of the disappearance, of the “presque rien”.

 

 

For the artist, this evanescence, this in-between, is like an open door inviting the reverie and opening a poetic space of freedom, a possible spreading out of the imagination. Even if her painting is not properly narrative, it isn’t even close to it, as she produces images like clues of a story, of a fiction that everyone can build. In one of her paintings called “Se croiser” (“To pass each other”), she opens a breach in space and time, between the public area – circumscribed by the everyday life- and the private area, between the anonymity and the occurrences of interaction (a kind of recognition of an “extraordinary” moment) causing the rise of an infinite field of possibilities, an escape, that allows Sophie Sigorel to reach the essence of art.

 

 



*Jean-François Lyotard – Discours, Figure – Ed Klincksieck, 1971

 **Gilles Deleuze - Francis Bacon. Logique de la sensation - Paris, Éditions de la Différence, 1981

 ***Paul Auster – La solitude du labyrinthe, essai et entretiens – Ed. Actes Sud, 1999

 

 

 Texte en cours de parution catalogue - Traduction angalis: Marie Deparis-Yafil, avec la collaboration de Stéphanie Yafil et Joan Mc Laughlin

 

"Unique dialogue" -

MC Laughlin Gallery / Galerie Mondapart

September 27 to October 26 2013 – San Francisco, California

November 7 to December 7, 2013 – Paris-Boulogne, France

49 Geary Street, Suite 200, San Francisco, CA 94108 | 415.986.4799 | info@mgart.com

Hours: Tuesday - Saturday 10:30 - 6 pm

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 21:01

L'édition 2013 de la Biennale de Lyon, ouvre ses portes aujourd'hui!

 

 

logo.png

 

 

Dans le cadre du programme "Résonance", qui présente une sélection de projets et d'exposition dans la région Rhônes-Alpes, on pourra retrouver l'exposition "Au-delà de mes rêves", présentée au Monastère Royal de Brou et à H2M, à Bourg en Bresse

 

Voir le lien:

 

 http://www.biennaledelyon.com/fr/edition-2013/resonance/lieux/rhone-alpes-monastere-royal-brou-h2m,5,101.html

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 21:11

monastere-royal-brou.jpg

 

Ce n'est donc maintenant plus un secret, le Monastère Royal de Brou, magnifique batiment chef d'oeuvre du gothique flamboyant, et  faisant partie des Monuments Nationaux, accueille, dans ses salles dédiées, dans le second cloître et dans la nef de son église,  une partie de l'exposition "Au delà de mes rêves"

 

voir la présentation par le CMN:

 

http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/1559/au-dela-de-mes-reves//

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 21:30

C'est une exposition "Au delà de mes rêves" que j'ai le plaisir de préparer depuis de nombreux mois et dont la réalisation concrète se fait jour maintenant.

Il est donc temps pour moi d'en parler, et d'en dévoiler, petit à petit, les contenus.

 

claude-leveque.jpg

  "Rêvez!"- Claude Lévêque - Courtesy the artist and Galerie Kamel Mennour, Paris

 

 

Cette exposition, réalisée à l'initiative de la Ville de Bourg en Bresse et avec le concours du Centre des Monuments Nationaux, se déroulera dans deux lieux: d'une part, le sublime Monastère Royal de Brou, à Bourg en Bresse, de l'autre, H2M, Hôtel Marron de Meillonnas, espace d’art contemporain au coeur de la ville, à Bourg-en-Bresse dans l’Ain.

 

 

J'y travaille en co-commissarait avec Magali Briat-Philippe (conservateur du patrimoine au Monastère royal de Brou) et Fabrice Bassemon (responsable du service Action culturelle de la Ville de Bourg-en-Bresse)

 

L’exposition "Au delà de mes rêves" se tiendra du 26 octobre 2013 au 23 février 2014 sur les deux lieux.

L’exposition « Au-delà de mes rêves » est labellisée « Résonance de la Biennale de Lyon 2013 »

 

 "Au delà de mes rêves", cela ne vous rappelle rien? Il s'agit de la version largement "upgradée" de "Beyond my dreams", que j'avais présenté à la Galerie Mondapart, à Boulogne-Billancourt. Un sujet sur lequel je travaille donc depuis longtemps, mais qui prend ici une ampleur que je n'aurai espéré dans mes plus beaux rêves!

 

On y présentera plus de 50 artistes, toutes disciplines confondues.

 

NOTE SUR L’EXPOSITION

 

« Mon tourment à moi,

c’est le sommeil,

si j’avais bien dormi toujours,

j’aurais jamais écrit une ligne »

(LF Céline – Mort à crédit)

 

Prenant le contre-pied de cette phrase de Céline, mise ici en exergue, « Au-delà de mes rêves » se propose, au travers d’installations, de peintures, de photographies, de sculptures, de dessins ou de vidéos, de montrer combien les domaines du sommeil et du rêve recèlent de richesses propres à éveiller la créativité des artistes contemporains.

 

Physique du sommeil…

 

Il y a toujours dans l’exploration de la représentation physique du sommeil et de ses  « objets » une forme d’ambiguïté. L’espace protégé du lit est à la fois celui de nos rêves et de notre finitude, du plaisir et du désir, des angoisses et du chagrin. Et le dormeur, pour trouver son nécessaire repos, devra pourtant se sentir en suffisante confiance pour s’abandonner, abandonner le « dehors » pour le « dedans », livrant ainsi sa fragilité, sa vulnérabilité, ici, à nos regards.

Voici venu le parfois redouté moment du sommeil, la traversée du miroir, à la manière d’Alice…

 

Métaphysique du dormeur…

 

Le rêve est « la voie royale de l’inconscient » disait Freud, une boîte de Pandore, là où s’expriment, sans considération de logique et de rationalité, les désirs et les effrois les plus profonds, là où se transforme la réalité et se condensent les images.

 

« Ainsi la difficulté de raconter un rêve vient-elle en partie de ce que nous avons à traduire des images en paroles. Je pourrais vous dessiner mon rêve, dit souvent le rêveur, mais je ne saurais le raconter." (S. Freud - Introduction à la psychanalyse, 1922).

 

C’est cet espace-temps paradoxal et fascinant du rêve, où tout devient possible, où les images font fi du réel et des mots pour les dire, que les artistes peuvent tenter d’appréhender, voire de reproduire, cherchant parfois à « dessiner leur rêve », ou à produire des images de rêve, qui sont parfois cauchemardesques !

 

Poétique du rêve

 

Du sommeil de l’artiste, produisant ses rêves, à l’acte créateur, il n’y a peut-être qu’un pas, un glissement… Le rêve est espace poétique, au sens étymologique propre, « poiêsis », espace de création. De là peut-on aisément lier le domaine intime du rêve à celui de la création artistique. Soit que l’artiste puisse puiser dans ces strates obscures de quoi nourrir sa créativité. Soit que d’une manière plus générale, on puisse élaborer des analogies entre le processus imaginaire à l’œuvre dans la production artistique et ce qui se joue dans nos visions oniriques : perturbations alogiques, spatiales ou temporelles, enchevêtrements des registres visuels, ambivalences des émotions, condensation des représentations, intrusions…

 

Le grand sommeil

 

S’endormir, quitter son corps physique, le laisser inerte, pour pénétrer d’autres mondes… Les liens sont ténus entre le moment de sombrer dans le sommeil et celui de plonger dans les dernières ténèbres. De nombreuses religions considèrent d’ailleurs que le sommeil et la mort sont les deux représentations d’un même état, le sommeil étant une forme de mort dont nous ressuscitons chaque matin par la grâce divine, tandis que la mort n'est qu'une étape, un sommeil dont on s'éveillera dans un monde meilleur.

Il n’est pas rare que les expressions liées au sommeil et/ou à la mort, culturelles, artistiques, ou linguistiques (l’« éternel repos ») expriment cette ambivalence, que nous tenterons d’explorer.

 

=} Au delà de la thématique commune, une identité propre sera recherchée pour chaque lieu : les dimensions physiques de la figure du dormeur et de l'expression du sommeil seront particulièrement développées à H2M. Les dimensions oniriques et métaphoriques liées aux passages, du visible à l'invisible, de l'état de sommeil et du rêve, jusqu’au grand sommeil… seront plus précisément développées au Monastère de Brou.

 

 

Les artistes de cette double exposition sont :


Nadia Benbouta, Carole Benzaken, Corine Borgnet, Katia Bourdarel, Anne Bregeaut, Sophie Calle, Clémentine de Chabaneix, Mat Collishaw, Claire Combelles, Christophe de Fabry, Pilar du Breuil, Erro, Jan Fabre, Mounir Fatmi, Vanessa Fanuele, Anne Ferrer, Jean-Marc Forax, Pascal Frament/Sayaka Shoji, Camille Goujon, Hyoshifumi Hayashi, Shigeko Hirakawa, Fabrice Hyber, Hervé Ic, Sylvie Kaptur-Gintz, Marine Karbowski, Pierre Klossowski, Sandra Krasker, Yayoi Kusama, Fabrice Langlade, Jamila Lamrani, Cendres Lavy, Edouard Levé, Claude Lévêque, Isabelle Levenez, Christian Lhopital, Robert Longo, Frédérique Loutz, Rei Naito, Anna Malagrida, Monica Mariniello, Gabriela Morawetz, Tony Morgan, Laurent Pernot, Mathieu Pernot, Xavier Perez, Jean Antoine Raveyre, Emmanuel Régent, Samuel Rousseau, Michael Roy, Chiharu Shiota, Mai Tabakian, Yveline Tropéa, Anne Van der Linden, Brankica Zilovic...


 

Pour préparer cette exposition, nous avons eu la chance de pouvoir compter non seulement sur l'enthousiasme et la disponibilité des artistes mais aussi sur de nombreux prêteurs, galeristes, institutions. Qu'ils en soient d'ors et déjà remerciés:

 

Galerie Baraudou, Paris-Nice

Galerie Exit, Boulogne-Billancourt

Galerie Eric Dupont, Paris

Galerie Analix Forever, Genève

Galerie Christophe Gaillard, Paris

Galerie Claire Gastaud, Clermond-Ferrand

Galerie Alain Gutharc, Paris

Galerie Mathilde Hatzenberger,  Bruxelles

Galerie Eva Hober, Paris

Galerie Yvon Lambert, Paris

Galerie Hervé Loevenbruck, Paris

Galerie Nathalie Obadia, Paris

Galerie Odile Ouizeman, Paris

Galerie Kamel Mennour, Paris

Galerie MondapArt, Boulogne-Billancourt

Galerie Sémiose, Paris

Galerie Talmart, Paris

Galerie Thessa Herold, Paris

 

Caroline Smulders, I Love My Job

Musée Départemental de Flandre, Cassel

Centre Pompidou, Paris

FMAC Genève, Suisse

CNAP, Paris

 

Ville de Lille - Lille3000

 

Monsieur et Madame Claudine et Jean-Marc Salomon

Monsieur Gilles Fuchs

Monsieur Michel Poitevin

Collection Florence et Daniel Guerlain


 Découvrir les lieux:

 

Monastère royal de Brou

http://brou.monuments-nationaux.fr/en/

 

H2M (Hôtel Marron de Meillonnas)

http://www.bourgenbresse.fr/Vivre-a-Bourg/Culture/H2M-Hotel-Marron-de-Meillonnas

 

Un catalogue, rédigé par mes soins, sera publié à cette occasion.


L'exposition est co-produite par la Ville de Bourg-en-Bresse et le Centre des monuments nationaux, avec l'aide de l'Etat, du département de l'Ain et de la Région.

 

Plus d'infos à venir! 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 11:23

Du monde hier soir pour le vernissage de "The Cure", le premier solo show à Paris de Corine Borgnet, à la Galerie Talmart. Et un beau succès pour la performance "Le duel" accompagnée de l'express Psy incarnée par Anne-Calire Plantey!

Merci à tous!

 

1185786_10151830450921505_581704607_n.jpg

 

560522_10151830460941505_492697299_n.jpg

 

photos copyright lambert saint-paul 

 

L'exposition dure jusqu'au 5 octobre 2013!

Galeria Talmart, 22 rue du Cloître St Merri - Paris 4ème

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 21:09

Une rentrée particulièrement chargée pour moi cette année, mais les artistes et les galeries ne sont pas en reste! Une belle rentrée foisonnante et pleine de promesses pour qui a pris la résolution, cette année, de sortir, et de papillonner, de vernissages en expositions!

 

 

 

ZEVS - Illuminated Correggio hrUn voyage à NY en vue?

Ce serait l'occasion d'aller découvrir les nouveaux travaux de Zevs, pour sa seconde exposition personnelle à la De Buck Gallery, qui vient d'emmenager dans un nouvel espace dans le quartier de Chelsea. cette fois, Zevs le bien-nommé rejoue sa relation avec Danae...

Dans "Traffics in Icons", le titre de cette exposition personnelle, l'artiste revisite ainsi quelques "Old Master works" à sa manière...

 

photo: "Illuminated Correggio hr" - ZEVS-

 

Traffics in Icons- ZEVS

De Buck Gallery

543 W 23rd Street - New York NY 10011

www.debuckgallery.com

 

du 12 septembre au 26 octobre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Première exposition pour mounir fatmi, dont j'aurai le plaisir de présenter prochainement la vidéo "Sleep", dans cette galerie de Bruxelles:

 

MF_CasablancaCircles02_02.jpg

 

 

 KeitelmanGallery, Sprl Crearte – 44 rue Van Eyck – Bruxelles 1000 Brussels

 

 

 

La Galerie Talmart, avec laquelle je collabore régulièrement, participe pour la première fois à Art O Clock, foire d'art contemporain sise à La Défense, et dont c'est la seconde édition. Cette foire, on s'en doute, se veut particulièrement connectée au monde de l'entreprise.

Marc Monsallier a choisi d'y présenter une sélection de la jeune scène tunisienne ouverte aux artistes d’autres horizons. Ces artistes font partie du collectif tunisien "Politiques", dont les exposition éponymes ont déjà été remarquées sur la scène artistique contemporaine.

 

flyerArtO-Clock.jpg

 

 Avec: Shadi Alzaqzouq, Matthieu Boucherit, Nidhal Chamekh, Ymene Chetouane, Maher Gnaoui, Malek Gnaoui, Ismaël

 

Art O Clock - Au CNIT Paris La Défense, Hall Brillat Savarin du 19 au 21 septembre 2013

 

Un peu d'art "primitif"?

La Galerie Schoffel-Valluet participe, comme tous les ans, au désormais traditionnel mais toujours aussi passionnant "Parcours des Mondes", dans le quartier de Saint Germain des Près. Un vaste voyage qui, à la galerie Schoffel-Valluet, nous emmène cette année à ... Bornéo!

"Art et science, la vie dévoilée d'une oeuvre d'art de Bornéo" présente une oeuvre exceptionnelle sous l'angle original de l'étude scientifique, ou comment, au delà de la simple datation au carbone 14, le développement de techniques de pointe permettent de découvir des pans insoupçonnés de l'histoire d'un objet.

Un travail d'investigation et une oeuvre à découvrir àç partir du mardi 10 septembre à 15h.

 

Galerie Schoffel-Valluet

14 rue Génégaud Paris 6ème

 

Et le Parcours des mondes, 12ème édition, un peu partout dans les galeries du 6ème, inauguration le 1à après-mlidi puis ouverture du jeudi 11 au dimanche 15 septembre 2013.

http://www.parcours-paris.eu/index/pages/id_page-33/lang-fr/

 

 

Le hasard des rencontres avait mis sur mon chemin la jeune photographe Nathalie Déposé, que j'avais invité à présenté sa série " Maison de famille" dans le cadre de l'exposition "A nos pères" au début de l'été.

Elle participe aujourd'hui à la 7ème édition du prix  "Photo d'hôtel, photo d'auteur" initiés par les Hôtels Paris Rive Gauche.

Le concept: chaque mois, les HPRG invitent un artiste photographe à passer une nuit dans un hôtel, et à prendre une unique photographie accompagnée d'un texte inspiré de cette expérience.

Une nuit de décembre 2012, Nathalie est donc allée s'installer dans une chambre d''hôtel, rive gauche...

L'ensemble des photographies seront présentées en avant première à la Galerie Esther Woerdehoff à partir du 5 septembre puis à l'hôtel La Belle Juliette du 30 septembre au 4 novembre.

Une intéressante initiative, qui entre quelque peu en résonnance avec mes préoccupation du moment (la nuit, les lits, etc...:))

 

photo-depose.jpg

 Photo: Hic et Nunc, Hotel des Grands Hommes - Nathalie Déposé

 

Ancien atelier de Camille Claudel et de Constantin Brancusi, la Galerie Werdehoff est donc à découvrir

vernissage le 5 septembre à partir de 15h et annonce du lauréat à 19h30.

Puis exposition jusqu'au 28 septembre 2013

36 rue Falguière Paris 15ème

L'exposition se poursuivra ensuite à l'Hôtel La Belle Juliette

92 rue du Cherche Midi, Paris 6ème

Du 30 septembre au 4 novembre

 

je ne sais pas qui le jury choisira mais moi, je vote Nathalie Déposé les yeux fermés!

 

"Youg Talents", c'est le titre de la première exposition de la saison au désormais bien connu Espace 111 à Montreuil, mais aussi le dernier avant de voler vers de nouveaux horizons, dont j'aurai prochainement l'occasion de parler plus amplement, ayant la chance d'être partie prenante dans cette nouvelle aventure à venir!

En attendant, on se propose de mettre en avant quelques jeunes pousses...à découvrir!

 

CARTON-INVITATION-FACEBOOK.jpg

 

"Place aux jeunes !

Pour ouvrir la saison, et avant de s’envoler vers de nouveaux horizons, l’Espace 111 met à l’honneur la jeunesse et joue les défricheurs de talents. Un peintre, des photographes, un musicien: l’Espace 111 présente un passionnant échantillon d’une nouvelle génération  d’artistes à découvrir avant tout le monde ! Autour du thème de l’absence, Marvin Aillaud, Clara Chichin et le Collectif Nova Rupta posent un regard sans naïveté sur le monde d’aujourd’hui, et le jeune rappeur SaoBoy fait vibrer les rimes.

 

Marvin Aillaud

 

Tout juste sorti de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, fraichement diplômé avec les félicitations du jury, Marvin Aillaud est un jeune peintre plein de fougue et de promesse. Sensible, particulièrement, à la réalité humaine dans le monde contemporain, il peint l’exclu, le marginal, l’immigré, l’étranger, bref, l’altérité, dans une technique étonnante à la fois classique –la peinture à l’huile- et contemporaine – notamment dans sa relation avec la photographie et son usage en peinture.

 

A partir de photos prises un peu comme des photos volées, dans un foyer malien à Paris, mais aussi lors de séjours, au Kerala, en Inde ou dans le Guan Dong, en Chine, ses peintures, d’abord très expressionnistes, sont une première fois effacées par un processus de glaçage lors duquel un mouvement se crée sur le plan de l’image comme un voile., évoquant les notions de traces, de présence-absence et de disparition. « Je peins », dit-il, « des immigrés, en essayant de laisser transparaitre ce qu’ils laissent, ce qu’on leur retire. »   Il attaque ensuite la peinture à la térébenthine et au pinceau de manière à faire ressortir une sorte de relief dans la toile suggérant selon lui la stratification de la société. « Pour terminer, j’ajoute des touches de couleurs vives comme des impacts de peinture rose sur la toile, du rose pour rappeler la chair. »

 

Clara Chichin

La jeune artiste Clara Chichin a choisi de montrer un ensemble de tirages couleurs de petits formats, tirés de sa dernière série « Sous les yeux que quelques minutes épuisent », un projet multimédia photographies et textes, intimiste et mystérieux., sur le modèle du journal photographique.

"Clara Chichin réalise des photographies noir et blanc et en couleur, denses et contrastées, auxquelles elle associe des fragments  de textes renvoyant à des instants vécus. 

La photographie l’accompagne au quotidien comme un marqueur temporel, captant des moments privilégiés, des rencontres, ses relations avec sa famille et ses amis, la solitude aussi.  Foncièrement lié à l’intime, son travail cherche à aborder avec pudeur des thèmes aussi difficiles que la perte et le deuil d’un proche, à transcender une histoire personnelle pour en faire surgir une émotion poétique.

Elle dessine ainsi les contours d’une autofiction habitée par la question de la disparition, trouvant ici justement à s’exprimer à travers la photographie, médium, s’il en est, de la trace, de « l’image en fuite »  pour reprendre la formule employée par l’artiste.

 Parfois réalisés à partir de dispositifs ou de techniques classiques comme le sténopé, les clichés de Clara Chichin se déclinent et se déploient cependant sous des formes aussi diverses que l’édition, la vidéo ou la projection, relevant dès lors du montage et de l’assemblage d’un matériau iconographique constitué au fil du temps, d’une mise en séquence d’où semble pouvoir surgir la possibilité d’une fiction." (Raphael Brunel)

 

Collectif Nova Rupta

 

Collectif de jeunes photographes, Nova Rupta rassemble onze membres issus de la promotion 2013 de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière. Fort de cette pluralité, il réfléchit au monde contemporain et aux concepts qui lui semblent majeurs pour le comprendre.

Les membres travaillent autour d’un thème commun pendant plusieurs mois et publient ensuite leurs travaux sous la forme d’un magazine.

 

Après avoir traité du phénomène Mainstream, de la question de l’Intime, de la Nuit et de la Couleur, le collectif s’attaque à l’Absence, concept vaste, parfois abstrait, qui touche chacun au quotidien sous diverses formes.

Ainsi, les photographes ont explorés différentes problématiques : certains ont cherché à exprimer le vide affectif lié à l’absence de personnes proches ou disparues, d’autres interrogent le passé et le futur des lieux désertés ou condamnés. Il s’agit dans les deux cas de capter ou d’évoquer la trace du passage de l’homme.

 

 

Sao Boy

 

Sao Boy est, à 17 ans,  un jeune auteur compositeur interprète de rap de Montreuil qui fera à l’Espace 111 sa toute première prestation en solo.

Il a le goût des mots, qu’il travaille depuis deux ans un sein d’un collectif hip-hop, Eastern Martin’s Crew. Motivé, il a testé la « battle rap » a cappela, discipline connue du monde hip hop et devenue assez populaire ces dernières années, et monté en parallèle d’EMC un second groupe, Kickeur Sans Frontière, une bande, dit-il, qui se concentre « sur le flow et la rime ». Aujourd'hui l'écriture est devenue pour lui une passion et presque un besoin. « Ma vie », explique-t-il, «  est faite de mots et je ne passe pas une journée sans trouver de nouveaux jeux de mots, métaphores ou belles phrases que je met immédiatement de coté dans un coin de ma tête. »

 

 

 "Young Talents" - L'Espace 111

111 rue de Stalingrad, 93100 Montreuil

les 21 et 22 septembre 2013

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Liens