Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2022 2 20 /09 /septembre /2022 16:33
© OSCILLATIONS, INSTALLATION "DE TERRE À CIEL" , 4 m 50 X 3 m, DISPOSITIF CINÉTIQUE, SONORE ET LUMINEUX PULSATILE SYNCHRONE, 20 MN, 2022

© OSCILLATIONS, INSTALLATION "DE TERRE À CIEL" , 4 m 50 X 3 m, DISPOSITIF CINÉTIQUE, SONORE ET LUMINEUX PULSATILE SYNCHRONE, 20 MN, 2022

Je suis particulièrement ravie d'être commissaire de ce solo show d'envergure de Béatrice Bissara, se déployant dans l'ensemble des espaces du Château des Tourelles, au Plessis-Trévise.

Fragiles sommets! Avant que le monde nous échappe...ambitionne de plonger le visiteur dans un état second!...et de le reconnecter à al fois à sa nature profonde et  la nature environnante

Ouverture de l'exposition le 30 septembre mais journée de vernissage le 8 octobre, avec au programme:

14h -  Visite commentée de l’exposition par l'artiste

15h -  Performance de l’artiste avec musique en live

15h30 - Conversation-rencontre: "Porosité des mondes", ou comment nos mondes intérieurs et extérieurs s'interpénètrent, se nourrissent et peuvent s'enrichir mutuellement ?

Avec

Marc Cohen, gériatre reconnu spécialisé dans les maladies neuro-dégénérative et directeur du pole santé OSE

Sylvain Chen, ENS Lyon en Chinois et philosophie,  Musicien et co-fondateur de l'Atelier du sensible qui prône une approche globale et sensorielle de la musique ancienne et plus moderne.

Béatrice Bissara

Modératrice: Laurence Skali Lucas, fondatrice et présidente du Fonds Medecine et Etats de Conscience affilié à la fondation Roi Baudoin, est médecin psychiatre hospitalière 

 

18h - Vernissage public de l'exposition

Ce débat prend place dans un contexte qui nous préoccupe tous. La crise écologique et ses conséquences dramatiques est une donnée que plus personne ne peut nier et qui attend que chacun se positionne pour relever le défi d'avancer vers un respect plus grand des mondes qui nous entourent. Les invités, spécialistes universitaires, viendront interroger le concept imaginé par l'artiste pour définir son travail : « l'Ecologie de la Conscience" qui propose un chemin de coopération avec le vivant en se reconnectant avec la magie et la potentialité de notre cerveau. 

HORIZON #1 - 146x114 cm, technique mixte et  acrylique sur toile 2020

HORIZON #1 - 146x114 cm, technique mixte et acrylique sur toile 2020

Le Château des Tourelles, au Plessis-Trévise, accueille le premier solo show d'envergure de l'artiste plasticienne française Béatrice Bissara. Fragiles sommets – Avant que le monde nous échappe entend offrir au visiteur une expérience sensitive et immersive intense, au cœur de l'univers de l'artiste et, dans le même temps, au cœur de notre propre perception de soi et du monde. Investissant l'ensemble des espaces d'exposition du Château néo-médiéval du Plessis-Trévise, bâti sur les bénéfices d'une révolution industrielle dont nous devons impérativement aujourd'hui réévaluer les conséquences, Fragiles sommets propose ainsi une expérience à la fois physique et psychique, bouleversante pour nos sens, tout en évoquant la nature dans ce qu'elle a de plus fondamental et de plus essentiel.

 

Installations, peintures, volumes, dessins...: des « livres-murmures » envahis par la nature aux installations oscillatoires -œuvres composées de superpositions de disques en mouvement dont les girations sont programmées selon un process spécifique-, des peintures, témoignages sensibles de l'immersion solitaire de l'artiste au coeur de la plus profonde nature, aux « Dreamboxes» -dispositifs lumineux pulsatiles, suggérant les battements d'un cœur, une respiration, un afflux de sang, invitant à une sorte de voyage intérieur organique et apaisant- en passant par la transe des derviches tourneurs, tous les médiums et tous nos sens, happés par la synesthésie, sont appelés dans cette exposition à la dimension plus autobiographique qu'il n'y paraît. Depuis les plaines de l'Anatolie jusqu'aux profondeurs de la forêt de Brocéliande, des voyages astraux aux voyages les plus intérieurs, ici, l'artiste livre le résultat d'expériences personnelles, et invite le visiter à tenter de revivre, de (re) découvrir expérimentalement avec elle des états de conscience oubliés , à redessiner la carte de territoires psychiques et naturels, comme pour créer des points de rencontre, de re-connexion entre la conscience humaine et la nature. L'exposition se veut comme une expérience de totalité, aussi, une sorte de métaphore esquissée de cette « roue de la vie » dont seul Bouddha peut embrasser l'absoluité.

 

Nul aujourd'hui ne saurait fuir cette réalité : nous le savons, notre monde – de son écosystème à la civilisation- est en train de nous échapper, et c'est sur ce constat, cette inquiétude, cette réflexion, que l'œuvre de Béatrice Bissara se forge, invoquant à la fois la nécessité de changer de paradigme, intellectuel et sociétal, et la possibilité, expérimentale, de s'éveiller à d'autres formes de conscience, et, peut-être, de manière d'appréhender la réalité, de repenser, si c'est encore possible, les liens entre nature et culture.

Nous avons atteint- ou avons cru atteindre- des sommets, mais ils étaient fragiles. Le sable, que l'on retrouve çà et là dans l'exposition, insidieux et fragile, essentiel indice, appelle à ré évaluer toute une « écologie de la conscience », comme le dit l'artiste, c'est-à-dire toute une manière de penser notre rapport à notre environnement, immédiat ou plus lointain, un questionnement sur la manière dont la conscience peut informer ses relations avec elle-même et avec le monde qui l'environne, une interrogation sur la façon dont par la conscience nous pouvons appréhender le monde et le réel, au-delà de sa définition cartésienne avec laquelle nous vivons depuis l'ère moderne, dans un contexte désormais marqué par la question de la survie.

 

Avant que le monde nous échappe, l'exposition de Béatrice Bissara entend parier sur la possibilité salvatrice de l'art comme ultime moyen d'un voyage bouleversant durablement nos certitudes, d'une bascule décisive de notre rapport à un réel futur.

Derviches Tourneurs, vidéo, 2018

Derviches Tourneurs, vidéo, 2018

Château des Tourelles, Ville du Plessis-Trévise

19 Avenue de la Maréchale, 94420, Plessis-Trévise

Tel: 01 45 93 34 78

Mail : chateau.tourelles@leplessistrevise.fr

Horaires d'ouverture: Lundi - Vendredi : 14h00 – 17h00

Samedi - Dimanche : 15h – 18h

Entrée libre et gratuite

Skin Earth forêt #9, technique mixte sur toile, 100x81cm, 2021

Skin Earth forêt #9, technique mixte sur toile, 100x81cm, 2021

Comment venir au Château des Tourelles?

LE CHÂTEAU DES TOURELLES, SITUÉ AU PLESSIS-TRÉVISE DANS LE DÉPARTEMENT DU VAL DE MARNE (94) est une belle maison bourgeoise, construite vers 1882, par Arsène Ozanne, riche propriétaire terrien, sur une parcelle du domaine de La Lande. De style néogothique, très en vogue à la fin du 19ème siècle, il est aujourd'hui un lieu DÉDIÉ À L 'ART CONTEMPORAIN qui accueille régulièrement des EXPOSITIONS TEMPORAIRES, COLLECTIVES OU PERSONNELLES.

Par la route: environ 30 min de Paris De Paris-Bercy-Autoroute A4 (Metz-Nancy) - Sortie n°8 : - Noisy-le-Grand Centre - Noisy-le-Grand Mont d’Est - Villiers sur Marne - Puis suivre les indications en direction du Plessis-Trévise (2 kms environ)

Par les transports en commun : environ 1h de Paris - R.E.R. A (par Châtelet / Opera / Charles de gaulle etoile...) direction Marne la Vallée Arrêt « Noisy-le-Grand - Mont d’Est » Puis Bus 209 arrêt "Château des Tourelles"

ou Bus 206 direction Emerainville ou – Pontault-Combault R.E.R. Arrêt « Georges Courteline » Puis 10 min à pied (indications).

ou R.E.R. E direction Tournan Arrêt « Villiers sur Marne - Le Plessis- Trévise » Puis Bus 209 arrêt "Château des Tourelles"

ou le bus 206 direction Emerainville – Pontault-Combault R.E.R. Arrêt « Georges Courteline » Puis 10 min à pied

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche

Liens