Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 18:27
LANIAKEA 2 - VOLUME+SURFACE

Pour la deuxième édition de Laniakea, nous avons choisi de présenter les oeuvres, tout en volumes et surfaces, de seize artistes contemporains, appelant par tous les moyens, ou des moyens divers, à la tentation – à laquelle il faudra pourtant bien résister- du toucher au-delà du voir.

 

Tentation inassouvie d’une caresse légère à la surface des oeuvres de Violaine Laveaux, aux textures imperceptiblement veloutées, mais absorbant la lumière, comme en retenue de silence et de mélancolie, comme entre chien et loup, dans une sorte de sensualité retenue.

Tentation encore, plus débridée c’est certain, de ce sein triomphant, qu’on imagine délicieux - mais sous cloche- de Francine Flandrin…La douceur fait envie, la beauté nourrit encore notre illusion qu’elle puisse être salvatrice.

 

Mais en ces temps belliqueux, l’art doit-il, comme disait Rosenberg, rester encore cette arène dans laquelle agir…ou se battre ? Probablement et même plus que jamais, comme en témoignent les “coups de poing” de Laurence Papouin, expérimentation sur la peinture, certes, rageuse trace de la présence, de la pesanteur d’un corps, offrant, en creux, un volume présent dans son absence…mais aussi expression symbolique de la force de l’art. Ou encore, sous la précieuse délicatesse de l’or, le coton et le corail composés sur fond d’encre de Chine des oeuvres de Danaé Monseigny nous interrogent sur la partition qu’il nous reste à interpréter dans la “symphonie du monde”. Nous n’en avons pas fini de nos luttes, quitte à la jouer hooligan en satin duchesse, à l’image des écharpes, au croisement du féminisme, du fan club de foot et du concours de Miss, de Céline Tuloup, ou à célébrer dans une aura de lumière le caractère sacré de la vie, et du lieu où elle advient chez l’humain, avec les Mandorles (figures que l’on retrouve habituellement aux façades des églises) de Lidia Kostanek.

 

Ici aussi, les archéologies s’entrechoquent entre un futur passé, ou un passé futur, avec les « jarres » hybrides de Yoan Béliard, un présent hélas bien présent, au travers de ce vrai-faux trésor déceptif, restes de bateaux de fortune, reste de drame, échoués sur une plage de Lesbos, et transcendé en icône par Esmeralda Kosmatopoulos et un futur ni tout à fait réel ni tout à fait fantasmé, le rêve – l’espoir ? - d’un autre monde, avec les météorites astrales de Bogdan Pavlovic.

 

Dans cet espace-temps incertain, il faudra plus d’un corps, plus d’une peau pour persévérer dans son être, étirer au plus loin ses forces vives entre ses désirs contraires (Julie Legrand), se débattre avec soi-même, – ou ce qui m’appartient, me couvre et me porte : les vêtements de Régis Sénèque-, croire en sa bonne fortune (Dragan Trajkowski) et à l’idée que la vie trouve toujours son chemin, à l’instar des bourgeons de peaux, mortes mais vivantes, des arbres résilients de Lionel Sabatté.

 

Mais encore : respirer, sentir battre son coeur (Petar Kras), finalement triompher, comme le Phoenix de Mai Tabakian, renaissant de toutes les apocalypses, et, comme dans le plus cinématographique des happy end, sans jamais penser que la fête est peut-être finie, que tout se termine - et recommence- par un baiser (Laurent Pernot) !

 

LANIAKEA 2 // VOLUME+SURFACE
DU 10 AU 20 MARS 2022
LA RUCHE - FONDATION SEYDOUX
PASSAGE DANTZIG - PARIS 15

Un co-commissariat Marie Deparis-Yafil / Bogdan Pavlovic

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche

Liens