Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 00:34
Untitled, 2011 – 2013 - Courtesy Pauline Bastard

Untitled, 2011 – 2013 - Courtesy Pauline Bastard

Pauline BASTARD

Untitled, 2011 – 2013
3 oeuvres
Matériaux locaux de récupération
Dimensions variables
Courtesy Pauline Bastard

 

Bien que devenu presque obsolète, relégué au rayon inutile par le numérique, l’appareil photo reste, dans l’imaginaire, un indispensable accessoire de la panoplie du touriste. Et si la dimension d’obsolescence est redoublée ici par la reconstitution « artisanale » d’une forme à partir
de matériaux pauvres et divers, la présence de cet objet rappelle combien l’image rapportée est indissociable du voyage. Qui serait capable de
partir en vacances sans prendre aucune photo ?

Le Grand Tour- Visite guidée - Salle 1 , Voyage, voyage - Pauline BASTARD

Ici, par une sorte de mise en abîme, Pauline Bastard construit des appareils photos à partir de matériaux récoltés sur place au cours de ses périples. Ils ne prennent aucune photo et pourraient paraitre en eux-mêmes producteurs de souvenirs, s’ils n’étaient finalement peutêtre interchangeables, par ces matériaux qui pourraient tout aussi bien venir d’ici ou d’ailleurs.
Ils incarnent à la fois la promesse de moments mémorables à venir, et l’échec, peut-être la vanité, de vouloir collecter, conserver, figer les images de moments et de lieux. Aujourd’hui, et plus que jamais, avec les smartphones, nous sommes submergés sous des tombereaux d’images, sans plus aucune sélection ni temps de pose. Une fois jetées dans le cloud ou perdues dans les méandres de la mémoire numérique, nous ne les regardons plus. Finalement, nos précieux souvenirs risquent de perdre leur statut, rabaissés au rang d’objet d’une surnuméraire consommation.

Le Grand Tour- Visite guidée - Salle 1 , Voyage, voyage - Pauline BASTARD

Le travail protéiforme de Pauline Bastard mêle fiction et réalité et s’articule autour du quotidien pour créer un univers poétique, parfois empreint d’une certaine dérision. Elle crée des systèmes en utilisant des matériaux pauvres extraits du quotidien. Par son usage des images (papier, numérique, vidéo, etc.) ou d’objets et outils ordinaires, Pauline Bastard interroge notre rapport à l’image comme outil de communication en la détournant de son sens tout comme elle détourne les objets de leur fonction première, faisant émerger un second degré qui lui estpropre. Travaillant souvent en collaboration avec des scénaristes, anthropologues ou psychanalystes, l’artiste invente des situations et des univers qui mêlent réalité et fiction, comme dans le projet « Alex » (2014) ou encore « Timeshare » (2018), jouant avec l’imagination et les attentes des « regardeurs » qui deviennent de véritables champs d’exploration.
Née en 1982, Pauline Bastard vit et travaille à Paris.

Le Grand Tour- Visite guidée - Salle 1 , Voyage, voyage - Pauline BASTARD

LE GRAND TOUR

Exposition collective du 19 mai au 25 juillet 2021
H2M - Espace d’art contemporain, 5, rue Teynière à Bourg-en-Bresse
Entrée libre et gratuite, du mercredi au dimanche
de 13 h à 18 h (pas de réservation nécessaire
pour visiter l’exposition).

Partager cet article
Repost0

commentaires