Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 09:52
Dimitri FAGBOHOUN – 3D AEF ( African European Flag) – Tissu noir, bandes réfléchissantes, zips, 142 x 75 cm, 2012
Dimitri FAGBOHOUN – 3D AEF ( African European Flag) – Tissu noir, bandes réfléchissantes, zips, 142 x 75 cm, 2012

Dimitri FAGBOHOUN – 3D AEF ( African European Flag) – Tissu noir, bandes réfléchissantes, zips, 142 x 75 cm, 2012

Dimitri FAGBOHOUN – 3D AEF ( African European Flag) – Tissu noir, bandes réfléchissantes, zips, 142 x 75 cm, 2012 -Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Officine dell'Immagine, Milan (Italie)

Dans ce Pavillon de l'Exil, pavillon apatride, le drapeau, comme élément symbolique d'identité et d'appartenance, est évoqué par plusieurs artistes, par différents biais. Ici, l'African European Flag de Dimitri Fagbohoun superpose les significations, ouvrant à toute la complexité que peut revêtir un symbole de syncrétisme culturel et identitaire. Au premier regard, il ressemble au Stars and Stripes américain, avec ses bandes bicolores et ses étoiles. Mais son détournement chromatique rappelle celui que fit l'artiste afro-américain David Hammons, qui imagina, en 1990 l' « African American Flag », drapeau américain recoloré aux couleurs panafricaines (noir, rouge et vert). Ici, ce n'est pas le rapport entre l'Afrique et l'Amérique qui est en jeu, mais celui, post-colonial, de l'Europe et de l'Afrique -qui sont aussi les deux continents auquel il appartient- ramené aux couleurs basiques du noir et du blanc. Sur l'AEF, les bandes, faites de tissu réfléchissant, sont assemblés par des glissières. Tandis que sur le drapeau américain, les bandes sont cousues les unes aux autres (et non imprimées) pour symboliser la construction d'une union durable, ici, les zips semblent exprimer la fragilité de toute union, européano-africaine comme pan africaine. Objet visuel fort, ce drapeau pourait être perçu comme une forme de matérialisation de la « mondialité »

 

Dimitri Fagbohoun est né en 1972, à Cotonou, au Bénin, d'un père béninois et d'une mère ukrainienne. Il grandit au Cameroun avant de s'installer en France. Dans son oeuvre, il projette son identité composite et transculturelle, remettant en question la définition désormais «anachronique» de «l'Africain» et ce que cela représente dans la mémoire commune aujourd'hui. Les thèmes et les questions qu’il aborde sont à l’image de son parcours et son histoire, à cheval sur les frontières géographiques et artistiques. Son travail protéiforme, par les formes hétérogènes qu’il utilise, vidéo, photographie, installation, exprime un rapport aux identités et à l’histoire dans lequel son écriture dérange les modèles qui les constituent. Depuis 2014, il s’interroge sur les œuvres d’art classique (africaines) qui ont influencées l’art ou la pensée occidentale. En 2017, pour le projet « Recollection », il a reçu le Smithsonian Fellowship Award du Smithsonian National Museum of African Art à Washington. DC . Son travail a été présenté internationalement (Londres, Moscou, Berlin, Montréal, Sao Paolo, Dallas, Cuba, entre autres), et exposé en Afrique (entre autres) dans le cadre de la Rencontre de Photographie Africaine à Bamako (Mali) en 2007 et 2011, le Festival Panafricain à Alger en 2009 et la Biennale de Picha au Congo en 2010 et à la DAKART biennale OFF 2012 et 2016.

 

3D AEF ( African European Flag) - Dimitri Fagbohoun - Pavillon de l'Exil 03 / Escale à Saint-Louis, Sénégal

Le Pavillon de l'Exil 03- Escale à Saint-Louis, Sénégal

Du 28 avril au 3 juillet 2018

Institut Français de Saint-Louis – Galerie du Fleuve

Commissaires : Marie Deparis- Yafil et mounir fatmi

3D AEF ( African European Flag) - Dimitri Fagbohoun - Pavillon de l'Exil 03 / Escale à Saint-Louis, Sénégal
Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche

Liens