Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 14:39
Ce qui coule n'a pas de fin - Massinissa Selmani , prix SAM Art Projects, au Palais de Tokyo

Je me souviens l'année dernière d'une belle soirée au Palais de Tokyo, durant laquelle Massinissa Selmani avait reçu le prix SAM Art Projects, lui permettant de réaliser une expo solo au même Palais de Tokyo. 

Voici chose faite, avec "Ce qui coule n'a pas de fin", le solo show de Massinissa a ouvert hier et il ne faut pas hésiter à aller voir son projet autour de la figure de Louise Michel, jusqu'au 13 mai 2018, sous le commissariat de Yoann Gourmel.

Extrait du communiqué de presse:

 

« J’ai découvert l’existence des conférences de Louise Michel par hasard dans la presse. J’ai décidé d’entreprendre un travail de recherche allant de l’origine de sa rencontre avec les Algériens en Nouvelle-Calédonie jusqu’à son périple en Algérie, et de retrouver les lieux des conférences ainsi que leur contenu. L’enjeu est de me plonger dans une partie de l’histoire commune entre l’Algérie, la Nouvelle-Calédonie et la France en résonance avec l’actualité récente. » Massinissa Selmani

 

Pour son exposition au Palais de Tokyo, Massinissa Selmani s’est rendu sur les traces de Louise Michel en Algérie et en Nouvelle-Calédonie, où cette figure légendaire de l’anarchisme fut déportée de 1873 à 1880, après la défaite de la Commune de Paris. Elle y côtoya non seulement les Canaques, dont elle soutint la révolte, mais également des Algériens qui y avaient été envoyés au bagne après les insurrections de mars 1871 en Kabylie. De cette rencontre, Louise Michel noua des amitiés avec les Algériens déportés et leur promit de leur rendre visite. Entre octobre et décembre 1904, quelques mois seulement avant sa mort, elle entreprit ce voyage en Algérie où elle donna de nombreuses conférences dénonçant les religions, le militarisme et la violence coloniale. S’inspirant de cet épisode historique méconnu, Massinissa Selmani réalise une installation, où, si le dessin est omniprésent, il déborde de la page pour investir l’espace sous des formes variées. L’artiste y étend par ailleurs ses questionnements au contexte actuel, à la diffusion de la révolte et au positionnement « devant la douleur des autres », selon l’expression de Susan Sontag.

 

 
L’exposition de Massinissa Selmani poursuit un travail d’expérimentation autour du dessin, mêlant une approche documentaire à des constructions fictionnelles, prenant pour points de départ les actualités politiques et sociales issues de coupures de presse. Par la confrontation, la juxtaposition voire la superposition d’éléments réels dont le contexte est systématiquement occulté, Massinissa Selmani crée des scènes énigmatiques et ambiguës témoignant de l’absurdité des comportements humains ou de l’architecture comme instrument de pouvoir.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche

Liens