Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:14

 

fatmi-Lost-Spring-censored-1-.jpg

 

Présentée à Art Dubaï avec la galerie Hussenot, Paris, il semblerait que l'oeuvre de mounir fatmi, "Les printemps perdus"  n'ait pas eu l'heur de plaire à la censure souveraine...

Le galeriste, Eric Hussenot, rapporte:

 

"Cette pièce est composée des 22 drapeaux des pays arabes dont ceux de l'Egypte et de la Tunisie accrochés à des balais de trois mètres.

Le comité de censure a exigé que les brosses soient ôtées des pièces, ce qui dénature le sens de la pièce.

Jusqu'à aujourd’hui le comité de censure refuse à la galerie Hussenot de montrer la pièce en son intégralité."

 

La symbolique du balai, à l'heure où les manifestations au Bahreïn subissent les assauts des forces militaires d'Arabie Saoudite et des Emirats arabes, ne fait visiblement pas bon effet.

 

Avant de crier au droit à la liberté d'expression, et de contestation, et à la grande valeur de l'art engagé,  cette "mésaventure" me fait songer à deux choses: pour l'artiste, mounir fatmi, à ce que disait le philosophe Alain, à propos du Mythe d'Er (cf. Propos sur le bonheur - "Dans la grande prairie"). Et , de manière plus générale, qu'il est au fond pas inintéressant de savoir qu'aujourd'hui encore une oeuvre d'art puisse être considérée comme si dangereuse et subversive qu'il soit besoin de la censurer.  

 

01-Lost-Springs01-1-.jpg               02-Lost Springs02[1]

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Deparis-Yafil - dans Humeurs...
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens