Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 13:03
A l'ombre d'Eros et de Psyche – Deux installation de photographies sur transparent contrecollé sur miroir déposé sur un châssis sur bois mobile- 3 pièces – 250 x 200 x 100  chacune – 2014-2015  Richard SERRA   Marguerite et Philibert – Sculptures en acier Corten– 140 x 140 x 14 cm et 123, 8 x 123,8 x 34 cm – 1985 – N° Inv. FNAC 10474 (1 et 2)

A l'ombre d'Eros et de Psyche – Deux installation de photographies sur transparent contrecollé sur miroir déposé sur un châssis sur bois mobile- 3 pièces – 250 x 200 x 100 chacune – 2014-2015 Richard SERRA Marguerite et Philibert – Sculptures en acier Corten– 140 x 140 x 14 cm et 123, 8 x 123,8 x 34 cm – 1985 – N° Inv. FNAC 10474 (1 et 2)

L'idée de l'installation À l’ombre d’Éros et de Psyché, faisant appel aux miroirs, s'enracine loin dans les souvenirs de l'artiste. Il raconte: «En sixième, j’étais élève interne au Lycée Lalande. Nous avions droit de sortie accompagnée le jeudi après-midi. Un surveillant bien inspiré nous emmenait assez régulièrement au Monastère royal de Brou. Impressionnés par la monumentalité de l’église, des tombeaux et des gisants des deux Marguerite et de Philibert, nous suivions avec intérêt notre conférencier. Visiblement familier du lieu, le pion forçait le respect et plus encore le jour où il sortit un miroir de sa poche. Les pleureuses sculptées dans la partie basse du mausolée de Marguerite de Bourbon ont de longs capuchons qui empêchent de voir les visages. Le surveillant déplaça son miroir sous chacun des capuchons, le reflet tourné dans notre direction. Nous vîmes alors, dans ce carré magique, les visages baignés de larmes presque transparentes. »

Pour Brou, et pour réactiver le regard sur les tombeaux ce Marguerite d'Autriche et Philibert II de Savoie mais aussi les œuvres que leur a consacré le sculpteur américain Richard Serra en 1985*, Joel Paubel a donc imaginé un double dispositif : dans l'église, deux miroirs psychés dupliquent à l’infini les mausolées royaux, et leur mobilité permet plusieurs angles de réflexion. Dans le second cloître, deux autres miroirs, sur lesquels ont été imprimées les photographies des gisants, sont installés devant les sculptures Philibert et Marguerite de Richard Serra. Les deux blocs d'acier qui occupent les angles sud-est et sud-ouest du cloître se reflètent dans les miroirs. L’hommage à Philibert dans l’image de Marguerite et l’hommage à Marguerite dans l’image de Philibert. Les miroirs mobiles peuvent se déplacer dans la galerie du cloître jusqu’à ce que les images de Philibert et Marguerite se (re)joignent. Le corps pris entre les deux images, l’infini laisse le champ libre à la médi(t)ation.

 

Joel Paubel se définit comme « médiateur ». Responsable d’un master médiation culturelle et d’un enseignement de culture design à l'ÉSPÉ de Versailles, il est membre du groupe de recherche ECARTS (Ecole, culture(s), arts : patrimonialisation, médiation et autres transmissions) de l’université de Cergy. Joël Paubel fait partie d’un groupe de plasticiens enseignants chercheurs qui travaillent essentiellement dans les lieux patrimoniaux. Les objets et les environnements créés tentent de poser la question du lien avec le passé, l’ambition étant de réanimer l’art du passé avec l’art contemporain.

 

* Philibert et Marguerite sont deux sculptures réalisées par Richard Serra en 1985, par le biais d'une commande publique. L'oeuvre est composée de deux blocs d'acier de forme parallélépipédique dons les proportions ont été déterminées d'après la hauteur des arcades du cloître et sur la base de l'ancienne unité de mesure dite "pied de Savoie" qui préside à la construction de l'ensemble du bâtiment. Né en 1939 à San Francisco, Richard Serra est un artiste unanimement salué à travers le monde. La carrière de cet artiste qui a révolutionné l’histoire de l’art témoigne du talent d’un créateur hors norme. Depuis quarante ans, Richard Serra, fasciné par la matière, et en particulier par l’acier, produit une œuvre qui modifie en profondeur l’idée classique de sculpture. « J’utilise l’acier pour organiser l’espace », dit-il.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Madame De - dans Commissariats
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens